Faites place à la lumière

Cette année au salon Architect@Work, l’équipe assistait à la conférence de Caroline Mazel orientée sur les liens qui unissent la lumière et l’architecture.

Manipulée depuis des siècles par l’homme, sacralisée, sculptée, colorée, canalisée puis digitalisée, la lumière naturelle est selon elle le premier matériau qui anime l’architecture.

L’abondance de lumière crée l’homogénéité, elle dissimule les arêtes et procure une sensation d’espace. A l’inverse, de fins bandeaux de lumière à ras de sol ou à ras de plafond inspirent le décollement des parois et un effet de lévitation.

  

Jean Paul Sartre écrivait : « Il est impossible d’apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres ». Cette citation inspire l’attraction générée par ce couloir long et obscure, aboutissant de manière presque mystique sur un patio, ou encore ce puits de lumière qui aspire le curieux dans l’ascension d’un escalier étroit.

L’architecture de Luc Spits se nourrit de ces expériences visuelles dans la conception des espaces. Ce que le public associe souvent à des « folies d’architectes », ne peut être considéré à sa juste valeur qu’à condition d’être exploré avec curiosité. Le bureau est à ce titre partisan des journées chantier ouvert qui initie le public à cette découverte à l’état brut.