Des tours novatrices pour le skyline mosan

Deux nouveaux projets de tours pour Liège

Le projet Sky Peak prévoit une tour abritant des bureaux et une galerie commerçante le long de la Meuse. La Tour de Jemeppe devrait être installée à l’entrée de Seraing pour accueillir des locaux de la police et des logements. Lors de l’édition 2017 du Mipim, on a pu voir fleurir sur le stand belge du Palais des Festivals deux projets de tours censés venir compléter le skyline mosan aux côtés de la tour Paradis de Befimmo.

Projet de la tour Sky Peak en bord de Meuse à Liège

♦ Le premier projet bien en vue au cœur du Palais des Festivals était celui porté par Luc Spits en personne, un architecte du cru lassé d’attendre les projets inspirants portés par les autres. C’est pourquoi ce dernier a décidé de chercher lui-même lors du Mipim des investisseurs, belges ou internationaux. L’objectif: trouver quelque 20 millions d’euros pour initier un financement global évalué à quelque 100 millions.

« Tant que la majeure partie des bureaux et la galerie commerçante intégrés dans mon projet, baptisé Sky Peak, n’auront pas trouvé preneur, nous ne lancerons pas le chantier, évidemment. Nous avons des contacts, notamment avec un investisseur flamand. Et nous avons déjà déterminé le site. Le terrain longe la Meuse, fait 20.000 mètres carrés et il est à vendre. Et non, ce n’est pas celui qui figure sur notre visuel, que j’ai logé, pour la circonstance, en bordure du parc de la Boverie. Il fallait bien poser mes tours quelque part, sans attirer trop l’attention sur la parcelle que nous visons », explique Luc Spits, rencontré sur son stand logé au sein de l’espace coordonné par l’Awex (Agence wallonne à l’exportation) et qui nous a avoué avoir dans ses valises cannoises cinq projets à vendre, pour lesquels il devait rencontrer des investisseurs potentiels toute cette semaine.

♦ Le second projet est celui porté par Eriges, la régie foncière de la ville de Seraing. Actuellement baptisé Tour de Jemeppe, il devrait prendre place là où sont actuellement logées deux tours de logements insalubres, vidées de leurs occupants, qui marquent l’entrée de ville de Seraing quand on descend l’autoroute depuis Grâce‐Hollogne et Bierset.

Ces bâtiments vétustes des années 70, voués à la démolition courant 2017, offrent un espace stratégique disponible pour un nouveau projet à forte identité. Le projet actuellement initié par la ville, co‐propriétaire du foncier avec une société de logement public sérésienne, prévoit la construction d’une tour unique de 30 étages qui deviendrait un nouveau point de repère urbain en bord de Meuse.

« Les étages inférieurs (4.500 m²) seront réservés à l’implantation de bureaux pour un occupant institutionnel (la police, NDLR). Quant aux étages supérieurs, ils permettront l’aménagement de logements (10.800 m²) privés et publics, avec vue dominante sur la Meuse d’un côté et sur les collines boisées de l’autre. 800 m² seront réservés pour des équipements communs. Un parking privé logé dans le socle profitera à l’ensemble », détaille Valérie Depaye, la directrice d’Eriges (Régie communale autonome), venue au Mipim aux côtés du bourgmestre pour chercher elle aussi un partenaire privé pour soutenir ce projet emblématique qui, à ce stade, n’a toujours pas d’architecte. Présent à Cannes, Alain Mathot se disait même prêt à lancer lui‐même le projet via un financement communal, le projet étant selon lui auto‐financé à terme par les revenus locatifs et les ventes d’appartements.

 

Article: L’Echo – Philippe Coulée – 20.03.2017