Vers des accès plus intelligents

Vers des accès plus intelligents

La question de l’accès est une priorité dans chaque projet d’architecture.
Aussi naturel que cela puisse paraître, il n’est pourtant pas rare de voir des visiteurs ou des usagers se perdre dans certains lieux.
Qu’il s’agisse de votre maison, de votre entreprise ou d’un quartier résidentiel, il est nécessaire de travailler la notion d’accueil et de repère.
Dès la conception du plan masse, l’architecte porte son attention sur des points essentiels afin d’évaluer les scénarios d’entrée depuis les espaces publics :

Un repère, une mise en scène

L’allure et la hauteur d’un projet peuvent suffire, mais l’architecture aspire parfois à d’avantage de discrétion. Le travail des abords est alors d’autant plus important qu’il devra être représentatif de la fonction et de la stature du lieu : un portail pour un domaine, une enseigne, un aménagement paysager ou encore un interphone, une boîte aux lettres.

Le positionnement stratégique des emplacements de parking

Visibles depuis la rue, l’automobiliste n’aura pas à chercher et effectuer des manœuvres dangereuses. En ville par exemple, nous prévoyons une zone tampon devant les entrées de garages de manière à ne pas créer d’embarras de circulation. Une zone de déchargement permet également de déposer vos bagages ou d’être livré en toute sécurité à proximité de l’appartement.

Un revêtement adéquat

Inutile de décrire le quotidien des dames en talons hauts ou des porteurs de basquettes blanches. Les revêtements des abords arrivent généralement en fin de chantier, et de fait, subissent les dernières coupes budgétaires.
En étudiant ce point et l’ensemble des revêtements de sols avec un bureau d’aménagement paysager, cet écart peut être évité. Les avantages et inconvénients sont mesurés selon l’usage : le gravier est bruyant mais drainant, les dalles sont idéales pour les PMR mais glissantes en hiver, les pavés sont inconfortables mais robustes, etc.
Il est donc important de réfléchir un projet dans sa globalité, et d’y inclure dès le départ cet aspect de la réflexion.

La sécurité, en toute discrétion

Au sein de l’espace public, un bâtiment, quel qu’il soit, représente une zone d’intimité pour ses occupants. Franchir certaines frontières sans invitation devient rapidement une source d’anxiété pour le visiteur comme pour l’occupant.
Le travail d’un architecte consiste à guider discrètement le visiteur vers des accès conviviaux sécurisés, visibles et surtout qui ne nécessitent pas tout un arsenal électronique de surveillance. Là encore, la lumière et l’agencement réfléchit des espaces est un atout majeur.

Identifier les zones d’attente

Soigner ses invités, attendus ou inattendus, est un gage de haut standing : un seuil à l’abri des intempéries (sous un porte-à-faux), une salle d’attente confortable et lumineuse. Avec un savant mélange d’intimité et d’accueil, le visiteur doit pouvoir signaler sa présence et se sentir pris en charge.

Une signalétique efficace

Moins cruciale dans le domaine privé, la signalétique est en revanche incontournable dans les lieux publics. Utile en cas d’évacuation, elle doit permettre également de se localiser, de s’orienter et d’atteindre rapidement le lieu souhaité. La gravure laser dans les matériaux de parement et le collage sur verre permettent aujourd’hui de belles intégrations et deviennent même une composante décorative.
Nul ne peut anticiper à 100% l’appropriation d’un accès par le public, mais l’expérience de l’architecte au fil de ses projets reste son meilleur atout. Son expertise a donc toute son utilité si vous souhaitez un projet bien réfléchi, dans son ensemble.